Les expressions lyonnaises : comprendre le parler lyonnais !

Le parler lyonnais, inspiré du franco-provençal, n’est plus beaucoup utilisé aujourd’hui. Mais il reste tout de même quelques mots et expressions lyonnaises typiques dans le langage usuel. Ils sont d’ailleurs parfois difficiles à comprendre pour les personnes qui ne sont pas de Lyon ! Sans même le savoir, vous avez peut-être déjà entendu une expression lyonnaise. C’est pourquoi, nous en avons sélectionné quelques-unes pour les traduire ensemble.

Un gone

Il s’agit certainement de l’un des premiers mots, si ce n’est le premier, que l’on entend en arrivant à Lyon. Le gone, qui se prononce avec le O bien fermé, signifie tout simplement un enfant ou un gamin. C’est en quelque sorte l’équivalent du « titi » de Paris. Il est utilisé aussi bien pour les garçons que pour les filles, alors qu’en réalité la véritable expression lyonnaise pour désigner une fille est fenotte. Cette expression est d’ailleurs souvent reprise pour parler de l’équipe de foot féminine de l’OL.

Ramasser un gadin

Cette expression typiquement lyonnaise qui date du XXe siècle, veut dire tout simplement tomber ou chuter par terre. Et puisqu’à Lyon un gadin est un caillou, ramasser un gadin serait plus précisément tomber dans les pierres ou les cailloux.

Prendre la ficelle

Si vous avez l’habitude d’associer la ficelle à une petite baguette de pain ou à une cordelette, à Lyon cela signifie tout autre chose. La ficelle fait référence au funiculaire qui se trouve dans le vieux-Lyon et qui mène jusqu’à la basilique de Fourvière. Ainsi, prendre la ficelle est une expression lyonnaise qui veut dire prendre le funiculaire. Pour la petite anecdote, il existait par le passé 5 funiculaires qui reliaient le bas des quartiers à Fourvière et à la Croix-Rousse.

Débarouler

Cette expression est un synonyme de dégringoler, autrement dit de tomber en roulant. Débarouler un escalier revient donc à dire que vous êtes tombé dans les escaliers, que vous avez fait un roulé- boulé parce que vous avez raté une marche en voulant descendre à toute allure. Attention à ne pas le confondre avec un autre mot, dérambouler, qui veut dire glisser sur une rampe d’escalier !

Se faire péter la miaille

Une expression lyonnaise certainement peu connue des plus jeunes, car elle est rarement utilisée, mais que nous citons ici car elle est plutôt amusante ! Contrairement à ce qu’elle pourrait laisser penser, cette expression n’évoque pas une bagarre mais un geste affectueux. En effet, se faire péter la miaille signifie se faire une grosse bise, s’embrasser bruyamment.

Avoir les jambes en pâte à quenelle

Difficile de faire plus imagée que cette expression ! Vous connaissez certainement la quenelle, ce petit boudin de pâte moelleuse nature, à la volaille ou au poisson, qui ne se tient pas très bien à la cuisson. Après un effort ou une longue marche, avec la fatigue, nous avons parfois la sensation que nos jambes ne nous tiennent plus, qu’elles deviennent molles et ne peuvent plus nous soutenir. Comme si elles étaient en pâte à quenelle ! Cette expression signifie donc que vous avez les jambes fatiguées, que vous êtes exténué.

Une gâche

Au centre-ville de Lyon, il est parfois difficile de trouver une gâche… Vous avez deviné de quoi il s’agit ? Ce mot de l’argot lyonnais désigne une place. Dans cet exemple on parle d’une place de parking, mais cela fait aussi référence à une place dans une entreprise : avoir une bonne gâche c’est avoir une bonne place, un bon poste.

Valoir son pesant de gratons

Vous connaissez certainement l’expression « valoir son pesant de cacahuètes », qui désigne quelque chose de ridicule et sans valeur. Il s’agit d’ailleurs d’une transformation ironique de l’expression originale « valoir son pesant d’or ». Les Lyonnais ont adapté cette expression en remplaçant la cacahuète par les gratons, cette spécialité de Lyon à base de résidus grillés de graisse et de viande de porc, justement surnommée la cacahuète de Lyon.

Aller à la vogue

Pour comprendre cette expression lyonnaise, il faut connaître la signification du mot « vogue ». Chaque automne, à Lyon, se déroule la célèbre « vogue des marrons » dont vous avez peut-être déjà entendu parler. C’est une fête foraine qui a lieu à la Croix-Rousse, en plein centre-ville. Aller à la vogue veut donc tout simplement dire : aller à la fête foraine.

Cet article peut également vous intéresser : Pourquoi Lyon est la ville des lumières ?

Vous pourriez aussi aimer :

Retour en haut de page